Théâtre du Grütli
22.09 07.10 2017

Le viol de Lucrèce

La saison s’ouvre en musique ! Véritable joyau du répertoire, Le Viol de Lucrèce est le premier des opéras de chambre du Britannique Benjamin Britten. Dans l’atmosphère corrompue de la dynastie des Tarquins, la fidélité des Romaines n’est pas toujours irréprochable. Seule Lucrèce reste vertueuse, ce dont se vante volontiers Collatinus, son mari. Agacé par cette belle assurance, Tarquin, le fils du roi, décide de tester la fidèle épouse. Prétextant la quête d’un refuge, il pénètre dans la chambre de Lucrèce et la viole. Le sexe comme arme de guerre, tel est l’un des thèmes de cette œuvre puissante et âpre, portée ici par l’Ensemble Proteus sous la direction de Guillaume Berney. 

13.10 22.10 2017

À deux heures du matin et des extraits de Sous la glace et Trust

L’écriture de Falk Richter tire à bout pourtant. Et ses cibles de prédilection restent l’hypercapitalisme, la mondialisation et tous les rapports de pouvoir. Dans A deux heures du matin, écrite en 2015, il est aussi question de la dissolution d’autrui et de soi dans le grand flux et reflux économique. Mais si le texte de Richter sent la poudre, Gabriel Dufay n’a pas peur de l’approcher d’une étincelle. Cette dernère, relayée par des jeunes acteurs sortant des Teintureries, École de Théâtre de Lausanne, avive une série de portraits de jeunes femmes et de jeunes hommes en mal de repères, qui se débattent avec leur solitude et luttent pour survivre et pour comprendre ce qui les a fait se perdre en chemin. Un reflet éclaté de notre époque et d’une jeune génération prise dans les rets de l’aliénation quotidienne.

31.10 19.11 2017

Un Métier de rêve

Vous aimez le théâtre ? Vous allez être servis. Parce que ce « métier de rêve » peut réserver quelques surprises, surtout sous la plume de Daniel Vouillamoz. Le bougre n’hésite pas à mordre la main (et tout le bras !) qui l’a (mal ?) nourri. Et dans cette histoire de comédien raté qui, via son testament, réclame à ses ex-camarades de jouer un spectacle pour lui rendre hommage, c’est l’ensemble de la profession qui en prend plein les gencives. Cruel jeux de l’ego où tous les personnages rivalisent de vanité, de veulerie ou encore de jalousie. Un règlement de compte ? Plutôt un règlement de conte, puisque « toute ressemblance avec des personnes ou des faits existants serait purement fortuite », mais vous n’êtes pas obligés de le croire! De toute façon, qu’importe, c’est d’une drôlerie irrésistible et la distribution est à elle-seule la promesse d’un grand moment mordant de théâtre. 

28.11 03.12 2017

La Ballade du soldat Bardamu

Il en a vu de toutes les couleurs, Bardamu. Alors il raconte. De bar en bar, il revient sur les lieux du « crime » devant un auditoire incrédule. Notre poilu arpente ainsi les paysages de la Première Guerre mondiale et nous livre un récit comico-tragique, peuplé de visions ridicules, grotesques, et cyniques. Dans une langue brute mais toujours poétique, Bardamu donne à voir la folie sanguinaire des hommes et l’absurde de sa condition. C’est autour des chapitres deux, trois et quatre du Voyage au bout de la nuit de Céline que s’articule ce projet d’Eric Salama auquel il a convié le soldat Frédéric Polier. Après la première série de représentations, les protagonistes de l’histoire s’échapperont du Théâtre du Grütli pour donner le spectacle dans de vrais bistrots.

01.12 17.12 2017

André le Magnifique

Une comédie ? C’est évident. Mais, au-delà de l’implacable mécanique à rire, une formidable déclaration d’amour au théâtre et à l’humanité. Chronique villageoise pittoresque, André le Magnifique raconte comment un maire décide de sauver le théâtre de sa commune en faisant jouer quelques habitants dans une pièce dont il est l’auteur. Pour incarner le rôle principal, il fait appel à un acteur professionnel parisien sur le retour. Grâce à une mise en scène rythmée et précise et à une distribution ad hoc, ce spectacle enchantera tous ceux qui cultivent l’esprit d’enfance, la fantaisie et le goût du burlesque. 
 

09.01 28.01 2018

La Grande et fabuleuse histoire du commerce

C’est le sens du détail qui donne toute sa valeur à une fresque. Comme ici, dans cette Grande et fabuleuse histoire du commerce, qui met en scène – à quarante ans d’intervalle - cinq vendeurs itinérants plus ou moins désabusés. Joël Pommerat, l’auteur, s’est lui-même initié aux techniques et au jargon des VRP pour accentuer le réalisme de son immersion dans les rouages de la société marchande. Confusion des valeurs et cynisme sont les ingrédients immuables de cette fable grinçante qui, empruntant aussi bien au drame qu’à la comédie, traque les dérives des relations humaines dans un monde régi par les lois du capitalisme. Un sujet en or pour Elidan Arzoni et sa Compagnie Métamorphoses, soucieux depuis toujours de proposer des points de vue forts et de stimuler l’imaginaire du spectateur.

20.02 11.03 2018

Las Piaffas

De drôles d’oiseaux, oui. Et un bien drôle de monde que celui où les dieux marchent dans toutes les combines. On vous raconte : deux personnages, Pistenterre et Benjamin, en ont vraiment marre de payer des impôts. Direction le pays des oiseaux où tout est liberté, ripailles et justice fiscale. Après une prise de contact difficile, nos deux compères font comprendre à la volaille qu’elle dispose d’un immense pouvoir puisqu’elle se situe entre les dieux et les hommes. De quoi s’en mettre plein les poches ! Comédie sociale délirante, incongrue et désopilante, Las Piaffas est l’adaptation haute en couleurs des Oiseaux d’Aristophane. En bon iconoclaste, Serge Valletti restitue toute la charge drôlatique du propos sans jamais en omettre la dimension politique. Bref, une matière vive et foisonnante comme les aime Frédéric Polier, qui double la mise en proposant dans la foulée un Cabaret Aristophane… chez les Grecs !

06.03 18.03 2018

Automne

Ils sont deux. Qui se « résignent à vivre un peu sur le rivage ». Ils sont arrivés en avance, attendent le début du spectacle. Alors ils parlent. D’Elle, de Lui, du « joli » titre de la pièce, des enfants qui, constat désabusé, n’ont pas adopté le comportement que l’on attendait d’eux. C’est un dialogue doux-amer, ponctué de considérations sur la Suisse et de brèves incursions dans le « bon vieux temps », lequel n’a parfois de bon que le souvenir qu’on en a. S’inspirant d’une scène à laquelle il a assisté un soir de première, Julien Mages revèle ce qui se dissimule derrière l’image parfois trop sage du vieux couple, guettant l’instant où l’aveu tranche le vif de la relation comme une arme blanche. Sous la direction de Jean-Yves Ruf, Jacques Michel et Yvette Théraulaz s’emparent de ces deux êtres au bord du gouffre pour les propulser dans la lumière.

05.04 15.04 2018

Un si gentil garçon

Quinze ans plus tôt, ils étaient tous des mecs sans histoire, fous de musique et fiers de leur succès naissant, jusqu’au jour où tout a basculé. Sur le mode d’un thriller psychologique haletant, Un si gentil garçon nous plonge dans le destin de cinq trentenaires, deux femmes et trois hommes, dont la jeunesse a été bouleversée par des crimes sexuels. Pour raconter cette sulfureuse histoire dont l’origine se situe dans les milieux musicaux des années 90, cinq comédiens, une performeuse visuelle et trois musiciens live se partagent le plateau, faisant de ce spectacle un événement théâtral, visuel et musical.

13.04 29.04 2018

Grande Paix

Un soldat est envoyé chez lui avec l'ordre de tuer un bébé dans sa rue. Il n'y a que deux nouveaux-nés dans la rue en question : celui d'une voisine et celui de sa mère. Le soldat est obligé de choisir. Ne se résignant pas à tuer le bébé de sa voisine, il retourne chez sa mère et tue finalement sa petite sœur. Puis intervient la catastrophe nucléaire et l’on suit l’errance des personnages dans les décombres. Dans ce dernier volet des Pièces de guerre, trilogie intransigeante et âpre, Edward Bond expose des personnages qui luttent avec leur conscience et leur humanité et qui finissent par céder à des actes criminels même s’ils les réprouvent. Refusant d’appuyer sur les seuls ressorts qui relèvent de la tragédie grecque, Eric Salama débusque le vaudeville sous le drame et invite le spectateur à rire face au vertige qui le saisit. Avec ce spectacle, le metteur en scène poursuit son travail au cœur de l’oeuvre de Bond entamé en 2007 avec Rouge, noir et ignorant puis prolongé cinq ans plus tard avec Si ce n’est toi.

01.05 20.05 2018

Lisbeths

Un homme, une femme ; une rencontre. Puis le désir fulgurant, le partage des corps et, au final de l’étreinte, la méconnaissance de l’autre. Pietr et Lisbeth vivent ainsi une relation passionnée qui, au fil du temps, révèle que les passés sont multiples, contradictoires. Entre oublis et fantasmes, la mémoire de Lisbeth se construit et se déconstruit pour mieux aimer. Pour Pietr, la jeune femme reste cette inconnue dont les territoires mouvants ne constituent jamais une identité précise. Enigme de l’amour qui rend flous les contours de l’Autre. Tout en intentions interrompues et en gestes esquissés, Marie Druc et Valentin Rossier sont ces deux-là qui se cherchent mais ne se trouvent pas. 

29.05 17.06 2018

Roméo et Juliette

C’est une légende du Moyen Age qui a inspiré à Shakespeare sa première tragédie. L’histoire d’un amour fou et juvénile que viennent contrarier des forces extérieures, notamment la rivalité entre les deux familles des protagonistes, les Montaigu et les Capulet. Dans Roméo et Juliette, il n’est d’autre issue que la mort pour ceux qui se sont aimés trop fort. D’autant plus qu’à leur âge – songez que Juliette à 14 ans ! – l’absolu reste le seul horizon envisageable. Une fois encore, après le stimulant Les Hauts de Hurlevent (2017) et ses personnages déchirés par leurs démons intimes, Camille Giacobino met en lumière la singulière chimie de nos passions. Et fournit à la langue musicale et lyrique de Shakespeare l’écrin, et les interprètes, qui lui garantissent la plus fidèle résonance.